Elvis Ngolle Ngolle, Luma Henry Namme et Ida Penda Calixte ont été nommés par décrets présidentiels, respectivement aux postes de Président du conseil d’administration (Pca), Directeur général et Directeur général adjoint, le 02 juillet 2018.  De nouveaux responsables ont été nommés à la tête de l’hôpital Général de Douala, à la faveur d’un décret présidentiel signé le lundi 02 juillet 2018. Luma Henry Namme est désormais le nouveau directeur général de cette formation sanitaire de référence. Il remplace à ce poste Belley Priso. Le nouveau promu est spécialisé en médecine interne. Il a en également des expertises en maladies infectieuses, en microbiologie, en gastroentérologie et en hépatologie. Luma Henry Namme est en outre le président de la sous commission de pharmacovigilance au ministère de la Santé publique. Il a fait partie du comité scientifique de Cinpharm, une industrie pharmaceutique basée au Cameroun. Il est professeur titulaire à la Faculté de médecine et sciences biomédicales (Fmsb) de l’université de Yaoundé 1 depuis 2017. Il a également officié au département des maladies infectieuses de l’université de Yaoundé 1, comme professeur associé en 2013. Il a rejoint ledit département en 1998. Le même décret présidentiel du 02 juillet 2018 nomme Ida Penda Calixte comme Directeur général adjoint de l’hôpital Général de Douala. La nouvelle Dga est une pédiatre qui a fait de la lutte pour la prévention de la transmission du Vih/Sida de la mère à l’enfant, son cheval de bataille. Elle était jusqu’à sa nomination, la coordinatrice du Centre de traitement agréé de prise en charge du Vih/Sida à l’hôpital Laquintinie de Douala. Elle a intégré cette formation sanitaire vers 1998. Elle y occupait le poste de Conseiller médical depuis février 2017. Le président de la République a également nommé un Président du conseil d’administration (Pca) à l’hôpital Général de Douala. Elvis Ngolle Ngolle qui rejoint ce fauteuil est l’ancien ministre de la Forêt et de la Faune. Les nouveaux responsables n’ont pas encore officiellement pris fonction, mais on devine déjà dans leur cahier de charge, la résolution de la crise en cours au service d’hémodialyse secoué par une pénurie de kits depuis quelques semaines déjà. Mathias Mouendé Ngamo