Dans ce récit, je vous dresse mon analyse de ce qui s’est passé lors de la 5ème édition de la cérémonie de récompenses à Douala, qui a vu le triomphe des artistes de «musiques urbaines». Silence dans la salle. Le public qui avait jusqu’ici manifesté sa joie à travers des cris, applaudissements et youyous est comme devenu aphone à l’évocation du nom de Sergeo Polo, désigné lauréat de la catégorie « Meilleur album de l’année» lors de la 5ème édition des Balafon Music Awards (BMA). Des spectateurs chuchotent pour marquer leur surprise quand au choix de l’artiste. C’est que, comme moi, ils ne comprennent pas que Sergeo Polo soit distingué grâce à un album baptisé « Fleurs et venus », arrivé sur le marché discographique il y a à peine deux mois et dont la promotion tarde encore à imposer véritablement son empreinte. «Applaudissez ! Je vais vous dire quelque chose d’important. Mais applaudissez d’abord. Je suis un chanteur de makossa et c’est le makossa qui détient l’album de l’année face aux musiques urbaines. C’est un exploit. Comme quoi, le makossa n’est pas mort », lance Sergeo Polo à l’assistance, la voix un peu mal assurée. Le public n’a plus l’air très motivé, comme à l’entame de la soirée. Moi, je suis «glacé ».   
Dans cette catégorie « Meilleur album », Armand Biyag partait bien favori avec son dernier album « Njan » qui a connu un écho favorable en 2017. Le grand Ben Decca aussi aurait pu remporter la mise avec sa dernière production, « Double Heat ». Mais le verdict final des votes en ligne en a visiblement décidé autrement dans cette catégorie qui était finalement la seule à mettre en lice des artistes de plusieurs variétés : makossa, bikutsi et musique de recherche. Inspiration divine Les autres catégories ont surtout été dominées par des artistes de « musiques urbaines ». Lors de la grande soirée de récompenses mercredi 13 décembre 2017 à la Place Saint David de Douala, les mêmes noms ont résonné à chaque fois, à l’évocation des nommés. Le choix des vainqueurs a tourné autour des artistes Locko, Mr. Léo, Salatiel, Daphnée, Tenor. Le public a surtout assisté à la razzia des artistes installés dans la région du Sud-Ouest qui, il faut l’avouer, s’imposent et tournent en boucle à l’écran depuis le début de l’année. Good Job les gars.
Ainsi, Locko remporte l’award de la chanson d’inspiration divine (avec sa chanson Thank you Lord). Petite pause. N’est ce pas tous les artistes disent que leur inspiration vient de Dieu, et donc qu’elle est d’inspiration divine ? Pourquoi alors intituler une catégorie ainsi ? En lieu et place de « chanson d’inspiration divine » (Y a –t-il des chansons d’inspiration diabolique par opposition ?), ne pourrait –t-on pas dire Meilleure chanson Gospel ou Meilleure louange ?  Que sais-je encore ? Mais de grâce, une autre appelation. Dans tous les cas, Locko a décroché son award. Il empoche aussi le Balafon de la Meilleure collaboration (Supporter avec Mr. Leo).
Mr. Leo, quant à lui, repart avec deux awards également. Il est le lauréat du Balafon de la Meilleure voix masculine et du Meilleur Maxi single/Ep. Avec sa chanson « Calée », la jeune Daphnée remporte le Balafon de la chanson de l’année et celui de meilleure voix féminine dans une catégorie qui alignait une artiste telle Coco Argentée pour qui j’aurai donné ma voix. Mes deux voisines de salle aussi. Mais c’est au public qu’il revenait de voter en ligne ; et non à ma petite personne. Tenor en or
Tenor est certainement celui qui aura le plus marqué les esprits en 2017, si l’on s’en tient aux résultats de cette 5ème édition des Balafon Music Awards. Le jeune artiste en puissance qui vient de signer chez Universal Africa empoche une cagnotte totale d’1 million F. Cfa et trois trophées, dont le plus prestigieux, celui d’artiste de l’année. Tenor apparait aussi comme la « Révélation de l’année » et sa chanson « Bad Things» lui vaut le Meilleur clip de l’année.  L’auteur de « Do le Dab » a visiblement su séduire son public par son style et ses textes. Et « lorsqu’il prend le micro, toute la jeunesse se met à crier », a reconnu André Marie Talla, le parrain de la 5ème édition de Balafon Music Awards. La cérémonie de récompenses a également prévu un Prix spécial du jury pour le label Alpha Better Records (de Salatiel, à Buea). Un Balafon d’honneur a aussi été attribué à Nkotti François, Toto Guillaume et Aladji Touré. Toto Guillaume (Toguy) avait un look d’enfer lors de cette soirée. Cherchez juste à voir les photos par vous-mêmes (ci-bas). Mais c’est aussi ça l’artiste. Aladji Touré, lui, a dédié son prix à tous les musiciens instrumentistes qui n’ont pas la chance d’être au devant de la scène. « Beaucoup d’artistes mondialement connus ont été accompagnés par ces instrumentistes », soutient Aladji Touré. Sans doute une proposition à l’endroit de Cyrille Bojiko, le Pdg de Radio Balafon, promoteur de cette cérémonie qui récompense les artistes et œuvres ayant eu du succès entre le 1er janvier et le 30 octobre de l’année en cours.
J’attends BMA 6Au promoteur de Balafon Music Awards, nous tirons un coup de chapeau pour les efforts consentis depuis 5 ans afin de faire rayonner un domaine de l’art qui souffre de plusieurs maux au Cameroun, l’épineux problème des Droits d’auteur notamment. Ce n’est pas facile une telle organisation qui nécessite de l’énergie, du personnel de qualité et … beaucoup de Nkap (argent). Aussi, les artistes primés ont tous reçu leur trophée et des chèques. Certains d’entre eux ont fait le show sur scène. Même si c’était en play-back. Il faut du matos et des répétitions pour le Live hein… La Place Saint David a également fait le plein lors de la cérémonie des Balafon Music Awards, 5ème édition. La présence massive des artistes et du public témoigne de l’importance qu’accorde le public de Douala et les artistes à cet évènement et son organisation. Nous aussi ! Et si de fausses notes sont relevées, ce n’est pas avec intention de nuire à l’organisation du concours, mais de consolider ses acquis et participer à l’amélioration des prochaines éditions. En tout cas, j’attends déjà mon billet pour la 6ème édition que j’espère encore plus belle !!!  Mathias Mouendé Ngamo