Au moins six enfants âgés entre 9 et 12 ans ont été tués en pleine classe et plusieurs autres blessés par des hommes armés non encore identifiés, samedi 24 octobre 2020.

C’est sans doute un des évènements tragiques les plus révoltants depuis le début de la crise anglophone qui secoue les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. L’onde de choc traverse tout le triangle national depuis samedi 24 octobre 2020 à la suite d’une attaque survenue au collège Mother Francisca International Bilingual Academy situé dans la localité de Kumba, dans la région du Sud-ouest du Cameroun.

Selon des sources concordantes, les assaillants armés de Fal et autres armes de fabrication artisanale ont fait irruption dans cet établissement scolaire privé établi à  »Bamiléké Street » au quartier Fiango, aux alentours de 11h samedi. Ils sont arrivés à bord de motos et ont ouvert le feu sur les élèves en pleine classe. Les hommes armés ont pris la fuite après leur forfait, sans être inquiétés.

Au moins six élèves tués à Kumba

Le premier bilan de ce massacre attribué aux séparatistes de l’Ambazonian Defense Force (ADF) fait état de six élèves des classes de 6ème et 5ème tués, donc cinq filles et un garçon. Des victimes âgées entre 9 et 12 ans. Les cadavres de Ngemone Princesse (12 ans), Che Tehma Nchangnwi (11 ans), Shenia Syndi (12 ans), Rema Zakame (9 ans), Jenifer Anamgin (12 ans) et Victory Camibon (10 ans) ont été déposés à la morgue de l’hôpital de district de Kumba. Les blessés ont été conduits à l’hôpital Mayemene Annexe de Kumba et dans des hôpitaux de Buea et de Mutengene.

L’annonce dimanche de la mort d’un septième élève sous soins à Mutengene est venue raviver les douleurs dans les cœurs déjà meurtris des familles et des populations sorties comme un seul homme pour dénoncer ces atrocités.   

Droit d’aller à l’école

A côté des nombreux messages d’indignation sur la toile accompagnés du hashtag #EndAnglophoneCrisis, plusieurs organisations se sont levées pour condamner cet acte odieux survenu dans l’arrondissement de Kumba 2ème, département de la Mémé. Dans un communiqué, l’ambassade des États-Unis au Cameroun a présenté ses sincères condoléances aux familles des enfants tués, aux blessés et membres de leur famille ainsi qu’à toutes les autres personnes touchées par cette attaque choquante.

« Cet acte odieux et méprisable montre un dédain envers les vies innocentes qui représentent l’espoir d’un avenir positif. La violence doit cesser dorénavant et les enfants devraient pouvoir exercer leur droit d’aller à l’école sans craindre pour leur sécurité. Les auteurs de cette attaque doivent être tenus pour responsables et traduits en justice »,

indique le communiqué de l’ambassade. Le gouvernement camerounais par la voix de son ministre de la Communication a également condamné cet acte. Le président la République a en outre instruit la prise en charge immédiate des blessés. Sur le terrain à Kumba, des unités spéciales des forces armées ont entrepris la sécurisation de la ville, apprend-on.

Mathias Mouendé Ngamo