Couverture du livre « Kumba ! The innocent Blood ou le sang des innocents »

« Kumba ! The innocent Blood ou le sang des innocents » sorti officiellement le 24 octobre 2021 est un ensemble de poèmes, nouvelles, contes et lettres rédigés en français et en anglais.

Un an après le massacre des élèves à Kumba dans la région du Sud-Ouest, l’émotion reste encrée dans les cœurs. Difficile d’oublier que sept élèves à peine âgés de 9 à 12 ans ont été atrocement assassinés alors qu’ils se trouvaient en pleine salle de classe. Les terroristes armés de Fal et autres armes qui ont fait irruption au collège Mother Francisca International Bilingual Academy cette triste journée du 24 octobre 2020 ont également blessé une dizaine d’autres enfants.

Lire Aussi: Kumba : Des élèves assassinés dans une école

Cette tuerie, sans doute la plus révoltante depuis le début de la crise  anglophone, a suscité une vague d’indignations au sein des populations et des instances internationales. Même après le deuil national et le verdict du tribunal militaire de Buea dans cette affaire, les larmes peinent à tarir. Il y a surtout ce refrain qui retentit toujours dans les cœurs : «Plus jamais ça ! ».

Ce refrain résonne également dans les cœurs de Danielle Eyango, Nyangha Sandy, Chantal Bonono et Sophie Françoise Bapambe Yap Libock. Ces quatre écrivaines camerounaises toutes aussi profondément touchées par ce massacre ont choisi l’écriture comme catharsis. Ces mères d’enfants ont décidé de transcrire leurs cris en écrits, afin que ces lettres de sang soient une invocation à la paix. Leur ressenti et prière sont compilés dans un livre intitulé : « Kumba ! The innocent Blood ou le sang des innocents ».

Lire Aussi: Kumba Students Carnage: Four persons sentenced to death by firing squad

Lettres de sang

Le livre de quinze textes publié aux éditions Proximité a connu sa sortie officielle dimanche 24 octobre 2021, jour anniversaire de cette tragédie. Placé sous la coordination de Sophie Françoise Bapambe Yap Libock, ce livre est un ensemble de poèmes, de nouvelles, de contes et de lettres rédigés en français et en anglais.

Chacune des intervenantes y est allée de son style et de sa sensibilité pour s’exprimer et récuser ce crime. Entre les lignes de « Shot Dead » ou des  « Lettres de sang » de Sophie Françoise Bapambe, le lecteur partage les émotions et souffrances de l’écrivaine. Le livre l’emmène aussi à effectuer la traversée du pont dans le texte «The Bridge » de Danielle Eyango. L’auteure du livre « Kotto Bass -comme un oiseau en plein envol » et du recueil de poésie « Le parfum de ma mère » s’est rendue sur les lieux du massacre à Kumba, avant de rédiger sa contribution pour ce livre hommage.

«Kumba ! The innocent Blood ou le sang des innocents » donne aussi à découvrir cette « Lettre d’outre-tombe à ma maman » de Chantal Bonono.

« Mama ! Les monstres arrivent, ils poussent la porte de notre salle de classe. Ils entrent avec des fusils, une odeur insoutenable ! (…) »,

écrit Bonono, une nouvelliste, romancière et dramaturge. Elle est aussi l’auteure des livres  « la craie noire » en 2013, « lettre d’un forçat », entre autres productions.

Lire Aussi: Droits de l’homme : La Cdhc appelle au respect des Droits des populations autochtones du Cameroun

Espoir d’une ère nouvelle

Il y a aussi plusieurs autres textes poignants à lire comme « Day of distress » de Nyangha Sandy ou « Child of my loins » de Nyangha Sandy. Des textes des écrivaines qui ont visiblement une finalité commune au-delà des souffrances, la paix. « Elles disent avec fermeté : non au meurtre ! Au fil de ces textes écrits en lettres de sang, apparait toutefois une lueur d’espoir. Espoir que le sang des innocents victimes de Kumba ouvrira une nouvelle ère vers un retour, fût-il progressif, à la normale (…) Une ère où les déplacés internes pourront regagner leur terroir… Une ère où les enfants jouiront pleinement de leurs droits de vivre et d’aller à l’école », exhorte Marie Thérèse Abena Ondoa, la ministre de la promotion de la femme et de la famille qui signe la préface de ce livre qui rend hommage à Victory, Jenifer, Rema, Syndi, Princess, Telma et Renny.   

Mathias Mouendé Ngamo