TRAJECTOIRE : SUR LES TRACES DE VINCENT ABOUBAKAR, LE CAPITAINE DES LIONS INDOMPTABLES DU CAMEROUN

Le meilleur buteur de la Can TotalEnergies 2021 a débuté sa carrière à Garoua dans la région du Nord, où proches et encadreurs retracent son parcours, ses prouesses et anecdotes.

A l’extérieur. Sur la façade gauche du mur de son salon de coiffure est peint le portrait de Vincent Aboubakar. On reconnait l’image à peine à cause de son délabrement avancé dû au temps. Ce samedi 5 février 2022, il est presque 18 h au quartier Yelwa situé à l’Est de l’arrondissement de Garoua 1er. Un quartier populaire du chef-lieu de la région du Nord Cameroun. Jonathan Woulssou, le coiffeur de Vincent Aboubakar de l’époque, est encore au travail à cette heure avancée de la journée. Sur le miroir principal de cet espace de beauté pour homme, une autre photo est accrochée au milieu de la glace.

On reconnait Vincent Aboubakar au milieu ainsi que Jonathan et un autre ami d’enfance du capitaine des Lions Indomptables. C’est dans ce salon de coiffure que Vincent Aboubakar venait régulièrement se coiffer.

« Cette photo date de 2010, lorsqu’il est rentré de la Coupe du monde organisée par l’Afrique du Sud. Il est venu me rendre visite »,

se souvient-il avec beaucoup de nostalgie.

Il précise qu’à chaque fois que Vincent voulait débourser de l’argent pour payer le service, Jonathan avait toujours tendance à décliner la paie. Car ce dernier considère Vincent comme son frère cadet. 

Jonathan Woulssou (40 ans) et Vincent ont joué dans une même équipe à une certaine époque. Vincent l’a impressionné un jour lorsqu’ils ont livré une rencontre et qu’ils étaient menés à 20 buts. Seul Vincent Aboubakar a réussi à marquer l’unique but qui a permis de réduire le score. Le score de la partie était de 20 buts contre 1.   

Lire Aussi: Garoua: Ambiance de Fan Zone au domicile familial de Vincent Aboubakar

Virevoltant attaquant depuis son jeune âge

Le 22 janvier 2022, le lamidat de Demsa  dans le contexte de la Can TotalEnergies 2021 a organisé le festival du cheval. Il était question de montrer aux étrangers la culture de ce peuple qui a pour symbole le cheval. Moustapha Amadou, l’un des notables de ce lamidat rencontré au festival, a connu Vincent Aboubakar dans son plus jeune âge.

Il a été l’un des camarades de classe de l’actuel capitaine des Lions Indomptables. « Nous avons fréquenté à Garoua ensemble. Nous nous sommes rencontrés à l’occasion de plusieurs matches. On a eu à jouer dans une même équipe. Je me rappelle une fois, il est entré à la mi-temps d’un match et il a marqué trois buts », raconte le camarade de classe de Vincent Aboubakar. La performance de Vincent lors de cette Can 2021 n’est pas étonnant pour ce notable, car le capitaine des Lions Indomptables a été un virevoltant attaquant depuis son jeune âge.

Lire Aussi: Can TotalEnergies 2021: Garoua jubile la victoire des Lions avant la fin du match

Fan de Vincent Aboubakar depuis 16 ans

Saliou Midjiawa qui se fait appeler aussi Santos est venu assister à une séance d’entraînement du club de Coton sport de Garoua (club de football professionnel et champion du Cameroun saison 2021). Assis sur une chaise à la tribune du stade du Cenajes (Centre national de la jeunesse et de sport) de Garoua, ce supporter de Coton depuis 29 ans est resté fidèle à ce club depuis les années 93, lorsque coton jouait les inter-poules à Maroua, dans la région de l’Extrême-Nord Cameroun. C’était l’année à laquelle ce club de Garoua accède en première division du championnat professionnel. A l’époque, il était le président des supporters de Coton et encore lycéen. Il payait son transport de sa poche pour aller soutenir l’équipe de Coton lors de ses déplacements.

La première fois qu’il a vu Vincent Aboubakar faire des merveilles lors d’un match, c’était dans les années 2006-2007 lorsque la formation de Coton sport de Garoua était opposée à l’équipe de Canon de Yaoundé. « Vincent était entré à 15 minutes de la fin du temps règlementaire et il m’a marqué avec son style de jeu. Ce jour-là, on avait gagné Canon de Yaoundé deux buts à un. Puis je suis allé voir Gabriel Haman, le coach adjoint de l’époque, pour lui dire ‘’comment vous pouvez laisser un tel joueur au banc alors qu’il a du potentiel’’. J’ai cherché à connaitre le nom du joueur et on m’a dit qu’il s’appelle Vincent Aboubakar. Depuis ce jour-là j’avais prédit que ce joueur ira loin », se remémore Saliou Midjiawa, supporter de Coton depuis 29 ans et fan de Vincent Aboubakar depuis 16 ans.

Lire Aussi: Can 2021: La journaliste Mabelle Djada conte sa première

Passion, discrétion et discipline…

Il laisse entendre que trois semaines après le match contre Canon de Yaoundé, le club de Coton sport de Garoua est allé livrer une rencontre contre la formation de Fovu Club de Baham à Bafoussam, région de l’Ouest Cameroun. Saliou Midjiawa à cette époque-là président des supporters de Coton a formé un charter pour aller soutenir leur club favori. Vincent Aboubakar joue comme titulaire lors de ce match. Il inscrit un but et fait une passe décisive qui permet à son coéquipier de marquer le second but. Coton remporte la partie sur un score de deux buts à zéro.

Aujourd’hui, Saliou Midjiawa a passé le flambeau de président des supporters à une autre personne. Néanmoins, il reste un fidèle fans de Coton sport de Garoua dans l’âme. La bonne performance de Vincent Aboubakar lors de cette Can TotalEnergies 2021 n’est pas surprenante pour lui car il avait vu ce talent de Vincent depuis que le capitaine des Lions avait intégré la formation de Coton dans les années 2006-2007.

« Une telle forme c’est vraiment impressionnant. Je dis bravo à lui ainsi qu’à ses coéquipier. Mille fois merci à Vincent qui nous a fait vibrer et rêver»,

déclare Saliou Midjiawa en hommage à Vincent Aboubakar.   

A Garoua, on décrit Vincent Aboubakar dans son enfance comme un garçon discret. A chaque fois qu’il s’en va jouer un tournoi quelque part, il ne dit à personne. Ses échos positifs parviennent à sa famille et ses proches. A l’époque, tous les matins, il s’entraine sur le terrain de la Cartoucherie situé en face du camp Sic non loin de la tribune du défilé de la ville de Garoua. Les dimanches, il joue au 2-0 avec ses amis du quartier. C’est à l’âge de six ans que sa famille commence à voir que le petit « Abou » est passionné du football. Au fil du temps qui passe, ses parents et ses proches l’encouragent dans sa passion.

« Vincent était un type d’enfant obéissant, travailleur, discipliné, intelligent à l’école. Il nous a marqués par sa passion pour le football dès son bas âge »,

décrit Michel Dior, le frère aîné de Vincent Aboubakar.    

Lire Aussi: Douala: La pelouse de Japoma est indomptable

Vincent Aboubakar … gardien de buts

Vincent commence comme gardien de but. Il a pour habitude de fabriquer les dossards 1, 16, 23 « ceux réservés aux gardiens de but ». Puis son frère s’inspire du nom du gardien de Etoile filante de Garoua de l’époque Ekongolo pour donner ce surnom à son frère cadet : « Ekongolo », car Vincent à cet âge-là est bon aux goals.  Vincent joue la Coupe Top (une compétition qui regroupe les jeunes et qui est organisée par les Brasseries du Cameroun), et est meilleur joueur de cette édition-là.

C’est en 2002 lorsque l’équipe de Vincent Aboubakar dénommée Wembley dispute un match que Djibrilla Kada, l’actuel coordonnateur technique du centre de formation de Coton sport de Garoua, déniche le talent du petit Vincent.

« Il avait quelque chose en plus. Il était très à l’aise ballon au pied. Avec aussi beaucoup de volonté de faire la différence. C’était un enfant passionné, discipliné, il s’est vraiment consacré au football »,

explique le dénicheur de Vincent Aboubakar. Oussoumanou Bouba, le directeur sportif de Coton sport de Garoua décrit Vincent comme un enfant assidu au travail. « C’est la discipline, le talent qui a fait la force de Vincent », confie-t-il.

Lire Aussi: Douala : Des fidèles d’une église de réveil molestent les riverains qui refusent de recevoir la « bonne nouvelle »

Meilleur buteur de la Can 2021

Vincent Aboubakar, meilleur buteur de la Can 2021 au Cameroun

C’est dans les années 2006-2007 que Vincent intègre le club de Coton sport de Garoua. Lors de son passage dans ce club, il était discipliné et travailleur tel que le décrit Bouba Lenta, l’intendant de Coton.

« En 2010, il part de Coton pour intégrer le club Valencienne en tant que joueur professionnel. Après Valencienne, il n’avait pas de temps de jeu, c’est ainsi qu’il préfère aller à Lorient pour avoir le temps de jeu. Puis, il part à Porto et par la suite il joue à Besiktas et il revient à Porto et revient à Besiktas et il s’envole en Arabie Saoudite », renseigne Bouba Lenta, intendant de Coton.   

Vincent Aboubakar est né quartier Roumdé Adjia de Garoua. Il est âgé de 30 ans. Lors de la Can TotalEnergies 2021 qui s’est joué du 9 janvier au 6 février 2022 au Cameroun, le capitaine des Lions Indomptables s’est particulièrement démarqué en inscrivant huit buts. Aboubakar décroche le titre de meilleur buteur de cette compétition. Il a été élu meilleur joueur lors de la phase groupe et n’a jamais raté de pénalty. Il est à un but pour égaler le record du congolais Mulamba Ndaye en termes de nombre de buts inscrits lors d’une Can. Mulamba Ndaye a inscrit neuf buts lors de la Can 1974. Pour Vincent Aboubakar, l’histoire continue de s’écrire.

Moustapha Oumarou Djidjioua, à Garoua